Propulsé par Divertissement

English

Adobe's Flash plug-in is required to view the photos on this page.
A free download is available here.

Doghouse

Voir la bande-annonce

Visitez le site Internet

Doghouse


commanditaire: SuperClub Viéotron

Première canadienne

  • Royaume-Uni 2009
  • 89 min
  • HD
  • Anglais
Official Selection, Gérardmer Fantastic Film Festival 2010

Genre

HorreurComédie

À l'affiche

Billets


“A scream from beginning to end... action packed, funny, and thoroughly entertaining” — Deborah Louise Robinson, CINEFANTASTIQUE

Équipe de production

Réalisation: Jake West
Scénario: Dan Schaffer
Interprètes: Danny Dyer, Stephen Graham, Noel Clarke, Terry Stone, Lee Ingleby
Production: Mike Loveday
Origine de la copie: IFC Films

Première partie...

Jack   

Jack

Canada
2009 | 6 min
Anglais

Indie

Description

Six amis préparent la virée du siècle visant à remonter le moral de leur pote Vince, fraîchement divorcé. Ils comptent s’adonner à une cuite si alcoolisée qu’elle ferait gerber Dionysos lui-même. Il y a Neil, le chaud lapin macho, Mikey, un autre macho, mais en couple celui-là, Patrick, le golfeur névrosé castré par sa copine alcoolique, Matt, le geek du groupe, Graham, l’homosexuel, Banksy… en fait, Banksy est au bord de la route aux prises avec un moteur fumant, et, bien entendu, Vince, le largué. Premier arrêt : le pub du coin où pintes et shooters se consomment à un rythme olympien. Puis une jolie blonde vient les prendre pour les conduire à un village reclus où la brosse infernale se poursuivra. Loin de tous ces gens qui les empêchent de se comporter comme les adolescents attardés qu’ils sont, ils pourraient peut-être même effectuer quelque rapprochement avec de belles et chaudes villageoises à l’appétit sexuel vorace. Oui, monsieur! En fait, c’est plutôt non, monsieur... Les villageoises ne sont ni belles, ni chaudes, mais oh, que leur appétit (tout court) est vorace. Le genre d’appétit qui ferait courir n’importe quel mec vers l’abri le plus proche en poussant des cris stridents…

De plus en plus, le Royaume-Uni est la destination de choix vers laquelle on se retourne lorsqu’on a envie d’une grosse comédie d’horreur bien grasse et juteuse. DOGHOUSE en fait la preuve par mille avec son étalage de personnages typés à l’extrême, de gags louches, de dialogues qu’on entend généralement dans une soirée entre vieux amis et de séquences gore aussi inoffensives qu’imaginatives dignes de HAPPY TREE FRIENDS. Bourré de références aux westerns spaghettis, à SHAUN OF THE DEAD, EVIL DEAD… et à plusieurs autres films dont le titre comprend le mot « dead » qui se retrouvent systématiquement dans la collection de tout fanatique de films d’horreur, le nouveau Jake West (EVIL ALIENS) ne se prend jamais au sérieux et fournit tout ce qu’un amateur de films de minuit aime. West élabore une guerre des sexes opposant des gars passablement abrutis ne pensant qu’à jouer, et ce, même dans les situations de survie extrêmes, à des femmes zombiesques découpant la testostérone à coups de ciseaux, de couteau, d’épée, de hache… et de sauts de l’ange dignes de Jimmy « Superfly » Snuka! Et la musique est excellente! Si vous avez suffisamment confiance en vos facultés intellectuelles pour risquer de les faire régresser l’espace d’un film vachement amusant, vous devez voir DOGHOUSE.

—Nicolas Archambault

2010 Sponsors

Conditions d'utilisation | Publicité | Clause de confidentialité Aide

@ Bell Canada, 2010.