Propulsé par Divertissement

English

Adobe's Flash plug-in is required to view the photos on this page.
A free download is available here.

Marwencol

Visitez le site Internet

Marwencol

Première montréalaise

  • ÉTATS-UNIS 2010
  • 84 min
  • HD
  • Anglais
WINNER: Grand Jury Award, South by Southwest 2010
WINNER: Grand Jury Award, Cleveland International Film Festival 2010
WINNER: Special Jury Award, Independent Film Festival Boston 2010
WINNER: Emerging Artist Award, Hot Docs 2010

À l'affiche

Billets


"Bizarre and endlessly fascinating" — BOSTON PHOENIX

"So engaging it’s almost interactive" — LA WEEKLY

"5 stars... One of the best movies you’ll see this year" — EYE WEEKLY

Équipe de production

Réalisation: Jeff Malmberg
Interprètes: Mark Hogancamp
Production: Jeff Malmberg, Tom Putnam
Origine de la copie: Cinema Guild/ KinoSmith

Dans...

Documentaries From The Edge   

Évènements Spéciaux:
Documentaries From The Edge


Marc-de-Foy

Description

Venez rencontrer Mark Hogancamp. En avril 2000, Mark fut attaqué à la sortie d’un bar et littéralement battu à mort. Bien qu’il fut ramené à la vie par les ambulanciers, il passa neuf jours dans le coma, s’éveillant avec une lésion cérébrale et si gravement démoli que même sa chère mère ne le reconnaissait plus. Sa mémoire était en lambeaux. Ayant perdu son propre passé, Mark retourna chez lui après sa décharge de l’hôpital et décida de s’en créer un nouveau; un monde fictif nommé « Marwencol. » Construit à l’aide de poupées Barbie et de jouets d’armée en modèle réduit, Marwencol débuta, du moins partiellement, comme une manière de retrouver la dextérité de ses mains. Le tout devint rapidement quelque chose de beaucoup plus gros et de beaucoup plus significatif. Une version alternative d’une vie qu’il a pu avoir, une projection illusoire d’une vie qu’il aimerait, un exercice organique accompli seul comme thérapie émotionnelle ou une grande œuvre d’art? Marwencol est tout ça et tellement plus encore.

Le cinéaste Jeff Malmberg a passé les quatre dernières années à documenter la vie et l’œuvre d’Hogancamp et le résultat est à couper le souffle. Tout comme les meilleurs films d’Errol Morris, le long métrage de Malmberg captive instantanément par la singularité d’Hogancamp et de sa création, l’extrême étrangeté de l’homme et de son travail inspirant une sorte de curiosité voyeuse, avant de subtilement accomplir une volte-face en démontrant aux spectateurs qu’ils ne sont pas si différents d’Hogancamp malgré ce qu’on pourrait croire au premier coup d’œil. Malmberg a créé ici un portrait saisissant, autant du personnage que de son œuvre, et les longues heures passées à fréquenter son sujet, en plus de la confiance instaurée avec les années, ont finalement récompensé énormément le cinéaste dans le sentiment de confort et d’aise d’Hogancamp qui démontre une immense franchise à l’écran. En tenant compte du passé d’Hogancamp, la confiance n’est pas quelque chose auquel il s’adonne facilement. Bien que son histoire soit très particulière et consiste en des circonstances inhabituelles, elle est également très émouvante et touchante puisqu’à la base, il s’agit là d’un récit parfaitement universel. L’art d’Hogancamp est l’art de la solitude, le travail d’un homme bâtissant une communauté pour lui-même, là où aucune n’existe.

—Todd Brown (traduction Patrick Lambert)

2010 Sponsors

Conditions d'utilisation | Publicité | Clause de confidentialité Aide

@ Bell Canada, 2010.