Propulsé par Divertissement

English

Adobe's Flash plug-in is required to view the photos on this page.
A free download is available here.

Suck

Voir la bande-annonce

Visitez le site Internet

Suck


commanditaire: Telefilm Canada & MusiquePlus

Première montréalaise

  • Canada 2009
  • 90 min
  • 35mm
  • Anglais
Hosted by actor/writer/director Rob Stefaniuk and actor Paul Anthony

Official Selection: Toronto International Film Festival 2009
Official Selection: South by Southwest 2010

À l'affiche

Billets


“SUCK is great fun, a film that entertains from beginning to end and which left me wanting for more” — Marina Antunes, QUIET EARTH

Équipe de production

Réalisation: Rob Stefaniuk
Scénario: Rob Stefaniuk
Interprètes: Rob Stefaniuk, Jessica Paré, Paul Anthony, Mike Lobel, Chris Ratz, Dave Foley, Henry Rollins, Iggy Pop, Alice Cooper, Carole Pope, Alex Lifeson
Production: Robin Crumley, Jeff Rogers
Origine de la copie: Alliance-Vivafilm

Calendar

Description

Joey a un problème. Son groupe, The Winners, est sur le point de réussir. Ça devrait pourtant être une bonne chose. Après des années à racler les fonds de tiroir et à jouer dans les bars pour presque rien devant un public plus que restreint... Après des années à compter sur ses doigts les visites sur leur site internet... Les choses semblent enfin s’arranger. Les fans tripent et affluent à leurs concerts. Leur prochaine tournée s’en vient et se terminera par une importante vitrine de l’industrie. Ça devrait être le pied, mais il y a un os. Ils doivent leur nouvelle popularité au pouvoir d’attraction de Jennifer (Jessica Paré), l’ex de Joey, qui se trouve à être la bassiste du groupe nouvellement transformée en vampire, d’où le susmentionné magnétisme. SUCK joue le vampirisme telle une allégorie sur la dépendance (à l’héroïne en particulier), suivant les membres du groupe qui tombent un à un, comme Jessica, sous son emprise. Lorsque fraîchement nourris, ils deviennent puissants, captivants, fascinants. Évidemment, leurs admirateurs les adorent. Mais le lendemain? C’est une autre histoire, mêlant nausée et mal de bloc à cet appétit plus que vorace qui se doit d’être nourri.

Fusionnant d’efficaces numéros musicaux à des envolées en animation image par image, SUCK est doté de fortiches effets spéciaux, une gracieuseté de Ron Stefaniuk, l’un des faiseurs d’effets les plus en vue au Canada, mais aussi le frangin du réalisateur-scénariste-acteur Rob Stefaniuk. Le résultat est très agréable à regarder, quoiqu’au final, dans l’esprit de la métaphore centrale, on s’intéresse plus au manque relié au vampirisme qu’à son aspect nutritif. En plus d’une fantastique prémisse, cette production d’excellente qualité inclut des apparitions de Moby, Alice Cooper, Carol Pope, Alex Lifeson de Rush, Henry Rollins et Iggy Pop, sans oublier Malcolm McDowell dans le rôle d’un chasseur de vampire et Dave Foley, qui joue le crasseux gérant de The Winners. Sachez aussi que les chansons furent composées par Stefaniuk, épaulé des vétérans de la scène rock locale que sont John Kastner (Doughboys) et Ivan Doroshuk (Men Without Hats). SUCK renferme tous les ingrédients pour devenir un succès culte.

—Todd Brown (traduction Kristof G.)

2010 Sponsors

Conditions d'utilisation | Publicité | Clause de confidentialité Aide

@ Bell Canada, 2010.