Propulsé par Divertissement

English

Adobe's Flash plug-in is required to view the photos on this page.
A free download is available here.

Birdemic: Shock and Terror

Voir la bande-annonce

Visitez le site Internet

Birdemic: Shock and Terror

Première montréalaise

  • ÉTATS-UNIS 2008
  • 90 min
  • video
  • Anglais
Hosted by writer/director/producer James Nguyen

Genre

HorreurComédie

À l'affiche

Billets


“Sheer brain-melting cinematic incompetence” — Gareth Jones, DREAD CENTRAL

“Proves that there's room—alongside Ed Wood's entire oeuvre—for one more in the pantheon of beloved trash-terpieces” — Aaron Hillis, VILLAGE VOICE

“It is a combination of bewilderment and awe that hinders my ability to articulate [BIRDEMIC]. It serves no justice to the work to verbalize an experience so uniquely visceral. However, it can be deduced that I have witnessed the most singular cinematic vision of a man embracing his limitations” — Evan Husney, SEVERIN FILMS

Équipe de production

Réalisation: James Nguyen
Scénario: James Nguyen
Interprètes: Alan Bagh, Whitney Moore, Janae Caster, Colton Osbourne, Adam Sessa
Production: James Nguyen
Origine de la copie: Severin Films

Push

Description

Tout ce que vous avez entendu est vrai. BIRDEMIC pourrait être le meilleur mauvais film de l’histoire. Le réalisateur de TROLL 2, Claudio Fragasso, devrait se préparer à remettre sa couronne de broche à foin au cinéaste novice James Nguyen, qui s’est autoproclamé « roi du suspense romantique! » Jamais un film de cette médiocrité n’a joui d’une telle présence dans les médias. Autant les sources d’information généraliste, comme CBS, CNN, la BBC et le New York Times, que les générateurs de tendances établis du cinéma de genre, tels Bloody-Disgusting et Dread Central, ont déclaré BIRDEMIC l’expérience si-mauvais-que-c’est-bon de la décennie.

Jusqu’à quel point est-ce que c’est poche? Le personnage principal, Rod, est un vendeur de logiciels de Silicon Valley rêvant de faire des millions avec des options d’achats de titres à la bourse. Les options d’achats de titres ne vous disent rien qui vaille? Aucun problème, le récit s’embourbe dans tous les détails abrutissants possibles (Nguyen travaille dans le domaine informatique, un boulot qu’il ne devrait pas quitter, et ça paraît). Rod est un tireur redoutable, il conduit une Mustang hybride se branchant dans les prises de courant et revêt ses pantalons, ceinture incluse, au lit. Tout un étalon! L’objet de ses désirs est un mannequin de Victoria’s Secret au grand cœur nommé Nathalie (la pas si mauvaise Whitney Moore qui doit regretter ce thong en ce moment même). Cela prend 45 minutes avant que la « birdemic » commence. À ce point, le film se résume à des drames de bureau et à des rendez-vous romantiques entre Rod et Nathalie. Voici venu le moment où nous devons vanter les bienfaits de la couche en cas de crises de rire provoquant l’incontinence totale ou partielle.

D’habitude, ce genre de films doit se consommer à petites doses de YouTube pour demeurer amusant et s’avère pénible dans sa totalité. Mais faites-nous confiance, ce film a été créé pour être vu à Fantasia et la projection promet de sombrer dans le délire. Que ce soit en s’amusant à remarquer les pieds sales de l’actrice dans une scène torride maladroite, deviner quand l'interminable générique se terminera, s’esclaffer devant les effets spéciaux Dollarama qui pixelisent, endurer les prétentieux monologues environnementaux à cinq cennes ou compter le nombre de fois où les acteurs s’en tiennent littéralement aux erreurs du scénario en « Engrish », on découvre toujours quelque chose de divertissant à l’écran. BIRDEMIC a déjà établi sa crédibilité culte, c’est maintenant votre chance de voir si un navet peut voler.

—Andy Mauro (traduction Nicolas Archambault)

2010 Sponsors

Conditions d'utilisation | Publicité | Clause de confidentialité Aide

@ Bell Canada, 2010.