Propulsé par Divertissement

English

Adobe's Flash plug-in is required to view the photos on this page.
A free download is available here.

T. T. Syndrome

T. T. Syndrome

(T. T. Sindrom)

Première montréalaise

  • Serbie 2002
  • 105 min
  • 35mm
  • Serbe (Sous-titres Anglais)

Genre

Horreur

À l'affiche

Billets

Équipe de production

Réalisation: Dejan Zecevic
Scénario: Dejan Zecevic
Interprètes: Nebojsa Glogovac, Sonja Damjanovic, Nikola Djuricko, Branko Vidakovic, Dusica Zegarac
Production: Milan Peca Nikolic, Pedja Milojevic
Origine de la copie: Belgrade Cinematheque

Dans...

Subversive Serbie   

Évènements Spéciaux:
Subversive Serbie


Indie

Description

À Belgrade, un groupe de jeunes gens est à la recherche d’un peu d’herbe. Ils décident d’aller rejoindre leur revendeur aux bains turcs situés dans une ancienne forteresse. Ils s’y retrouvent enfermés, pour ensuite être impitoyablement tués un à un par un énigmatique meurtrier vêtu de cuir de la tête aux pieds. Bien que tout ceci ait apparemment quelque connexion avec une étrange et très rare maladie nommée le « T. T. Syndrome », pourront-ils résoudre le mystère avant d’être tous K.O.? Avec T. T. SYNDROME, le réalisateur Dejan Zecevic a créé un efficace mélange de séquences-chocs spécifiques des « slashers » et des suspenses cryptés à la Argento : on dénote un fétichisme assumé pour les gants, poignées de porte et autres armes contondantes, sans oublier les motifs caractéristiques au giallo (une forte figure maternelle, un traumatisme relié à l’enfance et une comptine des plus troublantes).

Dans un cadre inspiré, l’implacable mix de tension et claustrophobie – à son plus efficace – rappelle le meilleur de John Carpenter et Tobe Hooper, alors que les vifs flashs de gore invoquent l’esprit de ce bon vieux Lucio Fulci. En dépit de son budget de bout de ficelle, T. T. SYNDROME peut se comparer fièrement à la plupart des films indépendants américains. Zecevic exploite avec beaucoup d’inventivité ses environnements limités (bains turcs décrépits et toilettes publiques). L’efficient réalisateur crée un climat de danger si palpable au sein de décors tout à fait banals qu’on atteint, lors de la conclusion dans les catacombes de la forteresse, un niveau de qualité quasi mythique. La susmentionnée compétence s’étend également sur l’aspect technique du film, alors qu’on pourrait dire la même chose du côté performance; notez qu’on y retrouve d’ailleurs quelques vétérans de VARIOLA VERA. T. T. SYNDROME est devenu un film culte en Serbie, ayant même été jusqu’à rayonner dans plusieurs festivals de films de genre internationaux. C’est la première production horrifique serbe qui ne se sent pas obligée de se justifier à l’aide d’éléments calqués sur des genres plus respectables. Pas d’allégorie politique ici – bien que placer (et tuer) ces jeunes protagonistes dans des toilettes publiques pourrait bien être, au final, une déclaration sur les espoirs brisés de la Serbie post-Milosevic! Par-dessus tout, le film utilise des motifs et un style propre aux « slashers » tout simplement afin d’effrayer son auditoire. Une relecture de ce type de film d’horreur fait par, et surtout, pour les fans du genre.

—Dejan Ognjanovic (traduction Kristof G.)

2010 Sponsors

Conditions d'utilisation | Publicité | Clause de confidentialité Aide

@ Bell Canada, 2010.