LA BLAXPOITATION RENCONTRE LE CINMA INDPENDANT FRANAIS DANS BLACK - l'acteur MC Jean Gab'1, le ralisateur Pierre Laffargue et la productrice Lauranne Bourrachot sont en ville !

22 juillet 2009 12:56:00

black.jpg

Black est un matre des hold-up dorigine sngalaise qui se dirigeait vers un cambriolage funeste, lorsquun chaman africain interrompt sa mission et lui dclare quil est le porteur de lesprit du lion. Puis, il lui prdit une nouvelle lutte au cur de lAfrique. Black lignore comme tant un fou dans la rue, surtout lorsque le cambriolage tourne affreusement mal et que ses partenaires se font abattre. Cependant, ses origines lattirent retourner au Sngal sous la forme dun travail facile; une immense quantit de diamants ont t dposs dans une banque sngalaise avec peu de scurit. Black et une quipe de fortune seront rapidement dans un avion en route vers son pays natal.

Le costaud rappeur franais/camerounais MC Jean Gab1 (BANLIEUE 13) interprte Black, son personnage est un unique mlange de duret et denthousiasme enfantin qui convient parfaitement la r-imagination du genre du blaxploitation. Avec BLACK, lnergie brute de classiques comme SHAFT (1971), SWEET SWEETBACKS BADASSSS SONG (1971), THE SPOOK WHO SAT BY THE DOOR (1973) et COTTON COMES TO HARLEM (1970) est infuse avec la sophistication des films daction franais et une dose enivrante de mysticisme sngalais pour crer un hybride fascinant, le tout sur une fougueuse trame sonore Afrobeat.

Le film rappelle plus spcifiquement SHAFT IN AFRICA (1973) et reflte les inquitudes des films de blaxploitation originaux en termes dautosuffisance que ces films provoquaient. Black a quitt le Sngal pour Paris il y a plusieurs annes, pensant que lAfrique ntait que des paysages arides dlevage de chvres et de famine; pour un expert des vols de banque, cest du petit change.

Cependant, les vraies richesses se trouvaient dans son propre pays tout ce temps. La division des classes en Afrique des domaines privs, si opulents que sen est gnant, qui semblent flotter au-dessus de terres imbibes de pauvret dsespre, les riches blancs du film utilisent encore des personnes noires en tant que proie humaine pour des jeux de chasse pervers et lexploitation des abondantes ressources de lAfrique par dautres pays signale le besoin dun hros dorigine africaine, un symbole dautosuffisance et de revanche. Black est peut-tre motiv par des buts capitalistiques pour son propre intrt, mais avant la fin du film il aura adopt son totem et mergera avec de plus grandes ambitions en tte.

Il y a eu beaucoup de dbats propos de la priode du blaxploitation, de la validit du terme blaxploitation lui-mme mais avec le bnfice du recul, BLACK rvle les objectifs de la priode le pouvoir et lautosuffisance des noirs, ainsi que la ralisation quil y a des ressources formidables dans sa propre culture qui peuvent tre rappropries pour tre au service de ses propres communauts.

Le problme inhrent au boom du blaxploitation tait que plusieurs ralisateurs taient blancs et les acteurs noirs participant aux films taient souvent dnoncs par la NAACP comme tant complices de leur propre exploitation. Il y avait tout de mme plusieurs cinastes noirs Ossie Davis, Gordon Parks, Melvin van Peebles et certains dentre eux produisaient des films indpendants qui portaient sur des sujets moins sensationnels que des films comme SUPERFLY (1972) et SHAFT, des cinastes comme l'acteur-devenu-cinaste Fred Williamson furent critiqus pour avoir fait des westerns et des films de gangsters dpoque qui taient vus comme des genres pour les blancs. Des critiques provenant de la communaut noire taient diviss savoir sil tait sain de dpendre des institutions blanches pour propager le message noir. Cependant, plusieurs des films adressent exactement cette question: dans THE SPOOK WHO SAT BY THE DOOR de Ivan Dixon, un nationaliste noir infiltre le CIA pour dclencher une gurilla. Black approche sa mission de faon similaire, arm dun systme de valeurs blanc mais le dlaissera ventuellement lorsquil ralisera que la rponse se trouve en lui-mme.

Il sest pass 40 ans depuis les dbuts du boom de blaxploitation, et malgr que certains rcents films comme ceux de Hughes Brothers (MENACE II SOCIETY [1993], AMERICAN PIMP [1999]) ou les films BARBERSHOP (2002-2004) portent toujours le flambeau en tant que homologues modernes, les sensibilits daction franaise dlirante de BLACK et leur faon dembrasser la culture africaine - qui est simultanment familire et exotique pour notre protagoniste - fait de BLACK une entre distincte dans le catalogue de ce type de cinma.

-- Kier-La Janisse

-------------------

BLACK est prsent mercredi le 22 juillet 19h00 au Hall Theatre, avec lacteur MC Jean Gab1, le ralisateur Pierre Laffargue et le producteur Lauranne Bourrachot en personne pour un Q+A aprs la projection.

Tous les dtails incluant la description, des images, la bande-annonce, le site web officiel et plus sont sur page du film ICI.

2009 Sponsors