Entrevue Exclusive: Shera Bechard et Andrew Hunt pour SWEET KARMA

11 juillet 2009 12:26:00

SWEET KARMA est une anomalie dans le cinma canadien indpendant - c'est un film de vengeance fminine qui est brutal et actuel (il s'inspire de vritables histoires de cercles de trafic humain Toronto qui furent infiltrs et ferms au cours des dernires annes) et il est typiquement canadien (dans les moments plus doux, il y a mme des rfrences au hockey). Le tout se droule Toronto, et il est admirable que les auteurs, Hunt and Fler, aient cherch combattre le strotype qui affirme que le Canada est le cousin propre de nos voisins du sud.

Le ralisateur/coscnariste, Andrew Hunt, le coscnariste/producteur James Fler et l'actrice Shera Bechard prsenteront le film en personne le samedi 11 juillet a minuit (Salle JA de Seve), ainsi que lundi le 13 juillet a 2:30pm (Hall Theatre) .Ils ont t assez gentils pour parler avec nous de ce genre difficile et de la place que SWEET KARMA y occupe.

Plus de dtails, bande-annonce, description, etc. propos de SWEET KARMA sur la page ICI..

-------------------------------------

sweetkarma.jpg

Avez-vous vu plusieurs films de viol-vengeance en prparation pour ce film, et, si c'est le cas, quels furent les films qui vous ont marqu le plus?

Shera: Oui avec Andrew, j'ai regard Ms. 45 et They Call Her One Eye, bien sr. Nous avons aussi regard des films comme The Limey, Mute Witness, et mme Sweet & Lowdown de Woody Allen, cause du personnage muet dans le film. Ils m'ont tous marqu d'une certaine faon, quoi faire et ne pas faire, mais je dirais que Ms. 45 a dfinitivement caus la plus grande raction chez moi.

Andrew: Un de mes films prfrs de tous les temps est The Limey de Soderbergh, alors c'est le film qui a eu le plus grand impact sur moi, mme si ce n'est pas du tout un film de viol-vengeance. Ms. 45 tait un de mes favoris tant jeune, mais en toute honntet, la dcision de rendre Karma muette n'tait pas base sur ce film du tout. C'est seulement aprs que nous ayons cr le personnage de Karma que je me suis rappel du film et que je l'ai revu. Aprs l'avoir vu, mon but est devenu de faire un film qui s'insre quelque part entre ces deux films.


Qui a pris la dcision que le personnage soit muet ? Shera, avez-vous participez a la cration du personnage?

Shera: C'tait la dcision d'Andrew qu'elle soit muette. Karma et moi sommes trs similaires de plusieurs faons, alors on peut dire que j'ai aid dans sa cration en apportant des aspects de moi-mme du mieux que je pouvais.

Andrew: Shera et moi vivons dans un endroit douteux de Toronto. Il y a un bloc particulirement crade qui nous spare du noyau du centre-ville. Un t, Shera a subi mauvaise exprience aprs mauvaise exprience. Elle ne pouvait passer un jour sans se faire abuser verbalement. Elle savait que nous voulions faire un film de revanche avec un protagoniste fminin, alors un jour, elle est arrive a la maison, et un peu a la blague, m'a demand si je pouvais en faire un film o elle pouvait battre des hommes agresseurs sexuels. Alors, c'est comme a que le personnage de Karma est venu.

Puisque Shera est une personne silencieuse et timide, j'ai cru qu'il serait bien de pousser ceci l'extrme et de rendre son personnage compltement muet. Aussi, puisque Shera possde des antcdents de modle, elle tait habitue de s'exprimer la camra sans parler, alors cela faisait du sens de la faire jouer dans son tout premier film sans qu'elle ait le besoin de parler.

Une fois que nous avons eu l'ide de base pour le personnage, James et moi avons commenc explorer plusieurs ides d'histoire. J'ai vu un documentaire la tl sur les esclaves sexuels au Canada et j'ai immdiatement su que ce serait le monde dans lequel notre film devait avoir lieu. Alors une fois que tout cela est arriv, ce fut vraiment facile pour Shera de se mettre la place de Karma. Shera a fait face a beaucoup de pertes personnelles et de sentiments de solitude dans sa propre vie, alors elle s'est inspire de ces expriences pour jouer Karma.

Shera, pouvez-vous me parler de l'entranement pour les scnes de bataille?

Shera: Environ un an avant le dbut du tournage, j'ai pris des cours d'arts martiaux de base, apprenant comment donner des coups de pied, des coups de poing et utiliser des armes simples comme un couteau ou un bton. Quand le dbut du tournage s'est approch, je me suis rendu dans une alle de tir avec des fusils et j'ai appris des mouvements de combat avec un ex-soldat russe, juste pour que Karma soit plus authentique.

Considrant que vous n'avez jamais jou avant et que vous avez dit ne pas tre intresse de jouer nouveau dans le futur, qu'est-ce qui, dans cette histoire, vous a pousse vouloir participer en tant qu'actrice?


Shera: Je ne sais pas si je ne vais jamais jouer de nouveau. Ce n'est clairement pas quelque chose que je vais poursuivre activement, mais si un autre rle intressant se prsentait et que j'tais faite pour ce rle, qui sait? Je crois qu'il y a trop de films de nos jours qui glorifient la violence contre les femmes, alors le fait que ce film avait un personnage fminin fort qui se battait contre cette violence est vraiment ce qui m'a pouss vouloir le faire.


Que fut la partie la plus difficile ou dplaisante de votre performance dans le film?

Shera: La partie la plus difficile fut d'tre fche la plupart du temps. Mme si c'est un personnage gentil et innocent, cause de sa mission, elle a toujours de la rage qui bouille l'intrieur. Alors, il a t difficile de faire cela 5 jours par semaine pendant un mois complet.


J'ai trouv intressant le fait que plusieurs des antagonistes soient des femmes, femmes qui taient prtes vendre d'autres femmes comme esclaves pour le reste de leur vie. Pourquoi croyez-vous qu'une femme serait capable de faire a une autre?


Shera: Tout a est li l'argent. C'est aussi simple que a. L'argent peut inciter la plupart des gens faire presque n'importe quoi. Quand il crivait le scnario, Andrew lisait un livre de non-fiction, The Natashas, et c'tait choquant de lire propos des femmes qui taient prtes tout et qui pouvaient traiter d'autres femmes comme du btail pour faire de l'argent.

Andrew, pouvez-vous nous parler du processus de financement du film? Quel genre de rponses avez-vous eu quand vous approchiez des gens pour le financement?

Andrew: Pour tre honnte, nous n'avons pas approch beaucoup de gens pour le financement du film. Nous tions plutt inconnus - j'ai ralis quelques pubs et vidoclips avant ce film et c'tait le premier long mtrage que James et moi avons crit, alors nous savions que les gens n'allaient pas se mettre en ligne pour nous donner de l'argent et que Tlfilm tait hors de notre porte. Un producteur des tats-Unis qui nous avons parl a aim le script, mais il voulait des noms d'acteurs de srie B avant qu'il investisse. Je crois que parfois, avoir des acteurs de srie B peut nuire au film, alors nous avons dcid de le faire nous-mmes au complet, pour avoir le contrle cratif complet. Une fois que cette dcision a t prise, James a encaiss des REER et j'ai mis une deuxime hypothque sur ma maison et nous avons commenc faire le film.


Pourquoi croyez-vous qu'il y a moins de ce type de films (films de genre laborieux) fait au Canada que dans les autres pays?

Andrew: J'ai toujours cru que le gouvernement ne devrait avoir aucun rle dans le financement des films. Avec ce systme, on se retrouve avec des films qui doivent faire face certaines obligations sociales, morales et politiques. Il semble aussi y avoir un dsir dans ce systme de faire des films diffrents des films hollywoodiens typiques pour tre culturellement distinct. C'est pourquoi il y a trs peu de films de genre faits au Canada. Esprons que je ne suis pas trop optimiste, et que je ne vais pas mordre la main qui pourrait me nourrir un jour, en affirmant que j'espre ne jamais avoir me fier sur le financement du gouvernement pour faire un film. Je ne veux surtout pas faire des concessions cratives pour avoir leur approbation.

Qu'est-ce que vous esprez faire avec SWEET KARMA en termes de distribution/diffusion?

Andrew: Nos attentes sont trs ralistes pour cette tche. Nous savons que ce ne sera jamais un blockbuster de l't, mais nous esprons certainement pouvoir le diffuser sur le plus de territoires possible sur DVD et la tl. Une sortie limite dans des cinmas serait trs bien, mais qui sait si a va se produire. Ultimement, tu fais un film pour qu'il soit vu et apprci par le plus de gens possible, alors nous allons faire de notre mieux pour que cela arrive.

Le viol-vengeance est l'un des genres les plus durs supporter; dans les yeux du public, il se penche beaucoup du ct de l'exploitation. Mais s'il est bien fait, le viol-vengeance est un genre fortement fministe. Entre exploitation et fminisme, o croyez-vous que SWEET KARMA se retrouve?

Andrew: Mon but tait de faire un film qui se plaait parfaitement entre le film d'art et le grindhouse, et je crois que j'ai russi. Je me suis assur que le film n'tait pas trop d'exploitation. Rien dans le film n'a t fait seulement pour le faire, comme la nudit par exemple. Je ne me disais pas: Ok, nous avons besoin de seins ici, alors ajoutons une fille nue. La nudit et la violence dans le film me semblent trs naturelles : tu ne vois pas plus que ce que tu devrais voir. Il aurait t hypocrite de faire un film qui dnonce l'esclavage sexuel en essayant de montrer le plus de peau possible.

Pour ce qui est de film fministe, je crois que ce l'est d'un ct, mais non de l'autre. Fondamentalement, le film est propos de la nature humaine. Oui, cette histoire traite de la perte de la soeur de Karma, mais je crois que Karma aurait fait la mme chose si elle avait perdu son frre, mme si les criminels n'taient pas impliqus dans l'esclavage sexuel. Et si Karma tait un homme, ce dsir de vengeance aurait t le mme. Mais le fait que nous avons fait le choix conscient d'avoir un protagoniste fminin fort dans un genre souvent domin par les hommes, plus le fait qu'on traite d'esclavage sexuel amne le film dans un territoire fministe et je suis fier de cela.

Ultimement, nous voulions viter de monter sur une scne et faire la morale : notre premier but tait de faire un film divertissant. Mais si ce film fait rflchir quelques hommes propos de la dure ralit de l'industrie du sexe, alors nous avons fait notre travail.


- Kier-La Janisse (translation: Xavier Martel)

2009 Sponsors