Ubisoft présente...
White Of The Eye
White Of The Eye

commanditaire: FAB Press
star Rare copie archivale 35mm! Lancement speciale nord-americain du livre de FAB Press "Donald Cammell: A Life On The Wild Side," animé par co-auteurs Sam et Rebecca Umland

Angleterre/ ÉUA
1987 | 111 min | 35mm
Anglais

À l'affiche

11 juillet 2006
21h30
Salle J.A. De Sève
13 juillet 2006
17h00
Salle J.A. De Sève

Où acheter les billets


admission.com Admission Ticket Network
www.admission.com
  

Description

Un psychopathe prenant le temps de disposer le lieu de chacun de ses crimes comme une œuvre d’art. Un assassin brutal doté, pourtant, de la sensibilité esthétique d’un peintre, ou d’un sculpteur. C’est ce paradoxe qui est le personnage principal de White of the Eye, un giallo de Donald Cammell, dont l’action se situe dans l’aride sud-ouest des Etats-Unis. Depuis le début de sa carrière en 1960, Donald Cammell n’a jamais cessé de s’intéresser à Jack l’éventreur. Son tout premier scénario de film connu s’intitulait Just A Jackknife Has MacHeath, Dear (d’après la fameuse chanson de Brecht et Weill, "Mack the Knife"). En 1977, Cammell commença à travailler avec Kenneth Tynan sur un scénario jamais produit, Jack the Ripper. Bien entendu, dans son film très connu, Performance, les deux côtés de la médaille étaient présents déjà: création et destruction; Turner l’artiste, et Chas le gangster. Avec White of the Eye, Cammell porte à l’épanouissement complet ce thème étrange qu’il fit un jour imprimer sur son T-shirt: « Le meurtre est une œuvre d’art. »

Ce film déborde d’allusions à Picasso, à la culture apache, et à l’opéra, ainsi que de vignettes autobiographiques, toutes choses très représentatives de la qualité éclectique de Cammell. On dit que c’est le premier film tourné entièrement avec la Steadicam, et ces prises de vues mouvantes sont un hommage à Dario Argento. Il y a là du Pagliacci, l’opéra de Leoncavallo. Il y a du George Jones et du Hank Williams Jr. Il y a "You Sexy Thing" des Hot Chocolate. Il y a la splendeur desséchante du désert d’Arizona. Et il y a une apothéose inspirée directement par Pierrot le fou de Jean-Luc Godard. En un mot comme en mille, White of the Eye est une œuvre maîtresse de Donald Cammell, inimitable et inspirée. Dans ce portrait énigmatique d’un tueur qui ne l’est pas moins, Cammell réussit à tirer des performances absolument impeccables de sa sainte trinité d’acteurs: David Keith, Cathy Moriarity, et Alan Rosenberg.

—Sam and Rebecca Umland (traduction David Pellerin)

"The work of a born filmmaker able to capture on celluloid a personal vision of a mad, mystical world lurking behind an ordinary mundane one" – Philip French, THE OBSERVER

"A mesmerizing mosaic of a film" – Nigel Andrews, FINANCIAL TIMES

"A virtuoso piece of filmmaking… by far the most accomplished thriller I have seen this year" – Derek Malcolm, GUARDIAN

Notes

Rare copie archivale 35mm! Lancement speciale nord-americain du livre de FAB Press "Donald Cammell: A Life On The Wild Side," animé par co-auteurs Sam et Rebecca Umland

Équipe de production

Réalisation: Donald Cammell
Scénario: Donald Cammell, China Kong
Interprètes: David Keith, Cathy Moriarty, Art Evans, Alan Rosenberg, Marc Hayashi, William G. Schilling, David Chow, Michael Greene, Alberta Watson, Danielle Smith, Mimi Leiber, Pamela Seamon, Bob Zache, Danko Gurovich
Production: Cassian Elwes, Brad Wyman
Distribution: Cinema 7

© 2006 Fantasia Festival  |  RSS Feed  |  site par Plank Plank